Puissance musculaire et saut vertical ?

Biomécanicien

Le saut vertical est, depuis très longtemps, le test physique par excellence pour déterminer la puissance musculaire des joueurs de hockey. Est-ce que la capacité d’un individu à sauter haut représente bien sa puissance musculaire? De nombreuses études ont fourni une réponse très claire à cette question. NON, la puissance musculaire des joueurs de hockey ne peut être définie en fonction de sa hauteur de saut.

Tout d’abord, lorsque des «spécialistes de la condition physique» donnent une puissance musculaire à partir d’une hauteur de saut, d’un temps de vol ou de la vitesse verticale des hanches, ils utilisent des équations d’estimation. Il existe une panoplie d’équations différentes qui arrivent toutes à des résultats différents. La plus populaire est certainement celle de Sayers et al. (1999) :

Puissance (W) = 51.9 × H (cm) + 48.9 × masse (kg) – 2007

Quelle que soit l’équation utilisée, des mesures provenant de la cinématique (mouvement du corps dans l’espace) ne permettent pas d’estimer la puissance avec assez de précision (Hatze et al., 1988).

La seule façon possible d’obtenir précisément la puissance musculaire passe par l’utilisation d’une plateforme de forme (Linthorne, 2001). Ce type d’équipement permet de mesurer directement la force appliquée au sol par le joueur lors de son saut. À partir de cette mesure directe, on peut définir avec certitude la puissance musculaire pour une action dans un axe vertical. Cependant, le hockey n’est pas un sport qui demande de générer une puissance verticale comme le basketball ou le volleyball par exemple. Pour mieux représenter le hockey, il vaudrait mieux effectuer un saut vers l’avant. Les angles des articulations des membres inférieurs seront alors beaucoup plus représentatifs du hockey.

En contre partie, le fait d’adapter le test aux spécificités du hockey ne permet pas plus de mesurer la puissance musculaire. Par exemple, un saut en longueur plus grand ne représente pas nécessairement une meilleure puissance des jambes. Cela s’explique par le fait que la technique soit un élément déterminant de la performance de saut. La capacité des individus à sauter vient en grande partie de leur coordination motrice et de leur capacité de recruter les bons muscles. Donc, la puissance musculaire n’est pas le facteur principal expliquant la hauteur d’un saut. C’est ce qu’ont prouvé Tessier et al. (2013) en comparant des hauteurs de saut avec une mesure de puissance directe avec plateforme de force. Pour ce groupe d’athlètes, deux individus ayant la même hauteur de saut pouvaient avoir une puissance qui différait de plus de 850 Watts. Sachant qu’un individu génère en moyenne 5000 Watts lors d’un saut, c’est une erreur de plus de 20% que l’on observe.

En conclusion, le test de saut vertical ne permet pas de calculer la puissance musculaire d’un joueur de hockey en plus de ne pas être représentatif de la tâche sportive de celui-ci. D’ici à ce que les plateformes de force soient abordables autant au niveau financier qu’au niveau de la facilité d’utilisation, les tests de sauts peuvent continuer d’être utiles aux entraîneurs et aux préparateurs physiques à condition de les adapter au hockey. La première étape serait de développer un test qui profile plus le mouvement de patin. Pourquoi pas une poussée à une jambe?

Écrit par Léandre Gagné Lemieux, M.Sc. Kinésiologie

Références:
Hatze H (1998) Validity and reliability of methods for testing vertical jumping performance. J Applied Biomechanics. 14:127-140.
Linthorne NP (2001) Analysis of standing vertical jumps using a force platform. Am J Physics. 69(11):1198-1204.
Sayers SP, Harackiewicz DV, Harman EA, Frykman PN, Rosenstein MT (1999) Cross-validation of three jump power equations. Med Sci Sports Exercise. 31:572-577.
Tessier JF, Basset FA, Simoneau M, Teasdale N (2013) Lower-limb power cannot be estimated accurately from vertical jump tests. J Human Kinetics. 38:5-13.

Vous désirer restez à l’affût des nouveaux articles avant même qu'ils soient publiés?
Inscrivez-vous à notre Infolettre.

Du même auteur

Comment entraîner la coordination oeil-main?

Comment entraîner la coordination oeil-main ? LÉANDRE Biomécanicien Dans un article précédant, la coordination œil-main a été décrite comme une habileté motrice essentielle à une bonne performance à la position de gardien de but. La compréhension de cette...

lire plus
Share This
SOUMISSION
ON-LINE QUOTE