Et si la hanche était coupable ?

Physiothérapeute du sport

 

Dans les articles précédents, nous avons vu certains facteurs de risque des blessures à l’aine et des façons de les prévenir. Au delà de la prévention, lorsque nous sommes pris avec des douleurs dans cette région, il n’est pas toujours évident de s’en sortir. Bien que cela puisse sembler très simple, les douleurs dans la région de l’aine ne sont pas systématiquement causées par des dommages musculaires. Une des autres causes de la douleur peut être de l’abutement fémoral-acétabulaire (FAI) aussi appelé abutement à la hanche. Il s’agit d’une collision pathologique entre la tête fémoral et l’acétabulum qui peut être due à une anomalie anatomique au niveau d’une ou de ces deux structures qui constitue la hanche.

Bien que la FAI puisse être asymptomatique, elle est maintenant reconnue comme une cause fréquente de douleur à la hanche chez les athlètes. Elle serait même la première cause d’arthrose à la hanche chez la population masculine. Selon une récente revue systématique sur le sujet, les hommes participants à des sports d’impacts de haut niveau en jeune âge seraient de 1,9 à 8 fois plus à risque de développer la FAI. De façon plus spécifique, les hockeyeurs seraient 10 fois plus à risque.

À la lumière de ces résultats, une attention particulière devrait être portée à la progression de la charge de travail lors de la planification des entraînements au hockey. Un moyen serait de faire progresser l’intensité et la durée des entraînements sur glace, surtout suite à une période d’inactivité. S’assurer de bien s’échauffer en débutant avec des exercices qui ne sont pas exécutés à pleine intensité, garder les premiers contacts avec la glace courts ainsi que limiter certains gestes techniques dans de grandes amplitudes au début des pratiques et lors des premiers entraînements sont des moyens de diminuer les risques lors de la reprise de l’activité. Bref, une progression tenant compte de la capacité d’adaptation devrait être visée pour éviter les blessures chez les jeunes en développement.

Il est important de savoir que seulement une portion des joueurs atteints de FAI développeront de l’arthrose en vieillissant. C’est donc dire que le développement de la FAI n’est pas une finalité en soi, mais bien un facteur de risque de l’arthrose. Consultez un professionnel de la santé pour prévenir ou traiter ce type de blessure vous permettra d’augmenter vos chances de pratiquer votre sport en santé et de performer à votre plein potentiel.

Écrit par Maxime Provencher, M. Physiothérapie

Références:
Nepple JJ, Vigdorchik JM, Clohisy JC. (2015) What Is the Association Between Sports Participation and the Development of Proximal Femoral Cam Deformity? A Systematic Review and Meta-analysis. Am J Sports Med.

Vous désirer restez à l’affût des nouveaux articles avant même qu'ils soient publiés?
Inscrivez-vous à notre Infolettre.

Du même auteur

Voulez-vous arrêter plus de rondelles?

Voulez-vous arrêter plus de rondelles?     Maxime Physiothérapeute du sport La ligne est souvent bien mince entre la réussite et l’échec lors d’un putt de 15 pieds au golf, d’un panier de trois points au basketball et d’un arrêt à la suite d’un lancer...

lire plus

Hockey et yoga, une bonne combinaison?

Hockey et Yoga, une bonne combinaison? MAXIME Physiothérapeute du sport La pratique du yoga gagne en popularité en Amérique du nord depuis le début du siècle. En 2005 au Canada, il y avait plus de 1,4 millions de personnes qui pratiquaient...

lire plus

Le Q-Collar: Une nouveauté en prévention des commotions

Le Q-Collar: une nouveauté en prévention des commotions? MAXIME Physiothérapeute du sport De nos jours, il y a de plus en plus de moyens qui sont déployés pour prévenir les blessures lors de la pratique sportive. Au hockey, plusieurs stratégies ont porté fruit alors...

lire plus
Share This
SOUMISSION
ON-LINE QUOTE