Commotion cérébrale: l’importance de l’identifier?

Physiothérapeute du sport

Les commotions cérébrales dans le sport ont reçu beaucoup d’attention médiatique au cours des dernières années. Heureusement, de plus en plus de recherches sont effectuées sur le sujet et les professionnels de la santé en connaissent davantage(1). Cette préoccupation grandissante est une conséquence des découvertes récentes concernant les répercussions néfastes à long terme que peuvent entraîner les commotions cérébrales (2-10). Pour diminuer ces effets néfastes, il est primordial d’être en mesure d’identifier la commotion lorsqu’elle survient. Pour ce faire, on doit savoir ce qu’est une commotion.

La commotion est un diagnostic clinique qui se base sur l’observation du mécanisme de blessure ainsi que certains signes et des symptômes. Plus spécifiquement, il s’agit d’une dysfonction au niveau du métabolisme neuronal et de l’anatomie microscopique cérébrale suite à un impact(12,14). Bref, le mouvement du cerveau dans la boîte crânienne, qui n’est pas nécessairement secondaire à un coup à la tête, amène des changements métaboliques qui peuvent se traduire par un amalgame de signes et de symptômes tel que (11) :

  • Mal à la tête
  • «Pression dans le crâne»
  • Douleur dans le cou
  • Nausée ou vomissement
  • Étourdissements
  • Vision trouble
  • Problème d’équilibre
  • Sensibilité à la lumière
  • Sensibilité au bruit
  • Sensation d’être ralenti
  • Sensation d’être «dans le brouillard»
  • Ne pas se sentir normal
  • Problème de concentration
  • Problème de mémoire
  • Fatigue ou pas d’énergie
  • Confusion
  • Somnolence
  • Difficulté d’endormissement
  • Émotivité accrue
  • Irritabilité
  • Tristesse
  • Nervosité ou anxiété

Dès qu’on suspecte qu’un joueur a subi une commotion, il devrait être retiré du jeu et évalué par un professionnel de la santé(11). La durée des symptômes peut aller de quelques minutes à quelques mois, mais peut également être plus longue dans certains cas(12). Les symptômes peuvent apparaître immédiatement ou plusieurs minutes après le trauma(12,13), ce qui rend parfois la prise en charge plus difficile.

Il est important de comprendre qu’aucun retour au jeu n’est permis le jour même de l’incident et cela malgré la résolution des symptômes. Le protocole de retour au jeu devrait être guidé par un ou plusieurs professionnels de la santé. Il devrait être progressif et suivre différentes étapes selon l’évolution des symptômes et les particularités de l’athlète(11).

Bref, il est primordial d’identifier la commotion lorsqu’elle survient. Rappelez-vous que dans le doute, la prudence est de mise. Certains outils simples tels le scat 3 et le Scat 3 pour enfant ont été conçus pour évaluer les commotions et ils sont accessibles gratuitement en ligne.

Écrit par Maxime Provencher, M. Physiothérapie

Références :
1. Halstead ME, Walter KD, Council on Sports M, Fitness. American Academy of Pediatrics. Clinical report–sport-related concussion in children and adolescents. Pediatrics. 2010;126(3):597-615.
2. Guskiewicz KM, McCrea M, Marshall SW, Cantu RC, Randolph C, Barr W, et al. Cumulative Effects Associated With Recurrent Concussion in Collegiate Football Players. American Medical Association. 2003;290(19):7.
3. De Beaumont L, Brisson B, Lassonde M, Jolicoeur P. Long-term electrophysiological changes in athletes with a history of multiple concussions. Brain injury : [BI]. 2007;21(6):631-44.
4. Covassin T, Stearne D, Elbin III R. Concussion History and Postconcussion Neurocognitive Performance and Symptoms in Collegiate Athletes. Journal of athletic training. 2008;43(2):119-24.
5. Guskiewicz KM, Marshall SW, Bailes J, McCrea M, Cantu RC, Randolph C, et al. Association between Recurrent Concussion and Late-Life Cognitive Impairment in Retired Professional Football Players. Neurosurgery. 2005:719-26.
6. McKee AC, Cantu RC, Nowinski CJ, Hedley-Whyte ET, Gavett BE, Budson AE, et al. Chronic traumatic encephalopathy in athletes: progressive tauopathy after repetitive head injury. Journal of neuropathology and experimental neurology. 2009;68(7):709-35.
7. De Beaumont L, Theoret H, Mongeon D, Messier J, Leclerc S, Tremblay S, et al. Brain function decline in healthy retired athletes who sustained their last sports concussion in early adulthood. Brain : a journal of neurology. 2009;132(Pt 3):695-708.
8. Guskiewicz KM, Marshall SW, Bailes J, McCrea M, Harding Jr HP, Matthews A, et al. Recurrent Concussion and Risk of Depression in Retired Professional Football Players. Medicine and science in sports and exercise. 2007;39(6):903-9.
9. McKee AC, Stern RA, Nowinski CJ, Stein TD, Alvarez VE, Daneshvar DH, et al. The spectrum of disease in chronic traumatic encephalopathy. Brain : a journal of neurology. 2013;136(Pt 1):43-64.
10. Stern RA, Riley DO, Daneshvar DH, Nowinski CJ, Cantu RC, McKee AC. Long-term consequences of repetitive brain trauma: chronic traumatic encephalopathy. PM & R : the journal of injury, function, and rehabilitation. 2011;3(10 Suppl 2):S460-7.
11. McCrory P, Meeuwisse WH, Aubry M, Cantu R, Dvorak J, Echemendia RJ, et al. Consensus statement on concussion in sport, the 4th Internation Conference on Concussion in Sport held in Zurich, November 2012. British journal of sports medicine. 2013;47(5):250-8.
12. Sahler CS, Greenwald BD. Traumatic brain injury in sports: a review. Rehabilitation research and practice. 2012;2012:659652.
13. McCrea M, Guskiewiez KM, Marshall SW, Barr W, Randolph C, Cantu RC, et al. Acute Effects and Recovery Time Following Concussion in Collegiate Football Players. Journal of the American Medical
14. Johnson VE, Stewart W, Smith DH. Axonal pathology in traumatic brain injury. Experimental neurology. 2013;246:35-43.
15. Provencher M, Desloges C & Frémont P. L’impact d’un protocole structuré pour le suivi des commotions cérébrales chez des jeunes joueurs de football de niveau secondaire de la région de Québec. Essai non publié présentée à la Faculté des études supérieures de l’Université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en physiothérapie pour l’obtention du grade de maître (M. en physiothérapie)

Vous désirer restez à l’affût des nouveaux articles avant même qu'ils soient publiés?
Inscrivez-vous à notre Infolettre.

Du même auteur

Voulez-vous arrêter plus de rondelles?

Voulez-vous arrêter plus de rondelles?     Maxime Physiothérapeute du sport La ligne est souvent bien mince entre la réussite et l’échec lors d’un putt de 15 pieds au golf, d’un panier de trois points au basketball et d’un arrêt à la suite d’un lancer...

lire plus

Hockey et yoga, une bonne combinaison?

Hockey et Yoga, une bonne combinaison? MAXIME Physiothérapeute du sport La pratique du yoga gagne en popularité en Amérique du nord depuis le début du siècle. En 2005 au Canada, il y avait plus de 1,4 millions de personnes qui pratiquaient...

lire plus

Le Q-Collar: Une nouveauté en prévention des commotions

Le Q-Collar: une nouveauté en prévention des commotions? MAXIME Physiothérapeute du sport De nos jours, il y a de plus en plus de moyens qui sont déployés pour prévenir les blessures lors de la pratique sportive. Au hockey, plusieurs stratégies ont porté fruit alors...

lire plus
Share This
SOUMISSION
ON-LINE QUOTE