Voulez-vous arrêter plus de rondelles?

 

 

Physiothérapeute du sport

La ligne est souvent bien mince entre la réussite et l’échec lors d’un putt de 15 pieds au golf, d’un panier de trois points au basketball et d’un arrêt à la suite d’un lancer de l’enclave au hockey. Bien que les trois sports soient de natures bien différentes, il semblerait qu’ils aient au moins un point en commun quand il est question de performance de haut niveau. Plusieurs chercheurs se sont penchés sur la question et ils ont remarqué l’impact majeur qu’a la prise d’information effectuée en vue de planifier l’action motrice sur la réussite ou l’échec de celle-ci. En effet, on vous invite à découvrir un aspect bien précis de la vision qui serait grandement responsable du dénouement d’une séquence : le Quiet Eye (QE)(1,2) .

Le Quiet Eye est défini comme le point de fixation final du regard avant l’exécution d’un geste. Dans sa définition, le regard doit être localisé à un endroit spécifique pour un minimum de 100 millisecondes (ms) et ne pas dévier de plus de trois degrés pendant cette période. L’initiation de la période de fixation (Quiet Eye) se fait avant le mouvement final de la tâche et la fin du QE est lorsque le regard dévie de plus de trois degrés de la cible pour au moins 100 ms. Pour le gardien de but, le QE peut débuter avant que le lancer soit effectué et prendre fin lorsque la rondelle est en vol. Ce phénomène a été avancé par Vickers (5) en 1996 et a été observé dans plusieurs études depuis ce temps (1,2,3).

Que l’action motrice ait pour but de toucher une cible avec un objet de façon auto-dirigée comme au golf, que ce soit sous pression comme au basketball ou une tâche d’interception comme le gardien au hockey, le Quiet Eye serait un déterminant important de la performance (1,4). L’utilisation adéquate de cette technique serait discriminante d’un individu à l’autre (en comparant des débutants avec des experts) mais aussi d’un lancer à l’autre (en comparant des essais réussis avec des essais ratés chez une même personne). En effet, il semblerait que l’endroit où les athlètes fixent leur regard ainsi que la séquence et la durée de cette fixation avant le geste pourrait expliquer leur succès (1,2,3).

Pour le gardien de but, l’endroit de prédilection pour la fixation du regard semble légèrement différent que ce qui pourrait être attendu. Dans le jargon du hockey, on fait souvent allusion au « puck tracking », un anglicisme signifiant que le gardien suit la rondelle du regard et ce, le plus longtemps possible même après qu’elle ait quitté la palette d’un joueur. Une étude a montré que lors de lancers du poignet effectués à une distance de 5 et 10 mètres le regard serait fixé sur la rondelle moins de 1% du temps. L’endroit qui retiendrait le plus l’attention est l’interface palette-rondelle avec plus de 70% du temps précédant le lancer (2) . Ce point de fixation permettrait au gardien d’emmagasiner de l’information sur le mouvement du bâton mais surtout sur le positionnement de la palette avant et pendant le contact de celle-ci avec la rondelle.

Une durée de fixation plus longue de cet endroit serait associée à une augmentation de la performance. En effet, c’est ce que nous indiquent les résultats de l’étude cité plus tôt menée par Panchuk et Vickers (2006). Dans cette étude, les auteurs ont observé une différence significative en ce qui a trait à la durée de la fixation visuelle finale (le QE) pour les lancers arrêtés par rapport aux buts accordés pour des lancers du poignet effectués à 5 et à 10 mètres. Contrairement à ce qu’on aurait pu penser, le pourcentage d’efficacité des gardiens n’a pas été influencé par le temps que le joueur a mis pour décocher son lancer, ou par l’habilité du gardien à suivre la rondelle du regard pendant le temps d’envol ni même la distance à laquelle le lancer a été effectué. D’ailleurs, pratiquement aucune fixation visuelle n’a été dirigée directement sur le joueur en action (2). Cela ne veut pas nécessairement dire qu’aucune information provenant du lanceur n’est prise en considération par le gardien de but, mais bien que le regard de ce dernier n’est pas concentré sur le joueur. Les informations provenant du mouvement du joueur ou de l’environnement lors d’une situation de match pourrait être prises en compte par la vision périphérique du gardien, un concept qui n’a pas été mis à l’étude.

En somme, pour des lancers du poignet effectués dans un environnement contrôlé, l’efficacité du QE est d’une importance capitale. Ce concept est peu connu et sous utilisé dans le monde du hockey et du sport en générale. Suivez les prochains articles pour voir son implication dans la gestion du stress ainsi que les impacts de son entraînement.

Écrit par Maxime Provencher

Physiothérapeute du sport à la Clinique du Peps de L’université Laval

Crédit photo: Steve Roy

 

  1. Lebeau JC & AL. Quiet Eye and Performance in Sport: A Meta-Analysis. Journal of Sport & Exercise Psychology, 2016, 38, 441-457
  2. Panchuk D & Vickers JN. Gaze behaviors of goaltenders under spatial-temporal constraints. Human Movement Science, 2006, 25, 733-752
  3. Panchuk D, Vickers JN & Hopkins WG. Quiet eye predicts goaltender success in deflected ice hockey shots, European Journal of Sport Science, 2017, 17:1, 93-99,
  4. Rienhoff R & al. The ‘Quiet Eye’ and Motor Performance: A Systematic Review Based on Newell’s Constraints-Led Model. Sports Med (2016) 46:589–603
  5. Vickers JN. Visual control when aiming at a far target. J Exp Psychol Hum, 1996, 2:324–354

Vous désirer restez à l’affût des nouveaux articles avant même qu'ils soient publiés?
Inscrivez-vous à notre Infolettre.

Du même auteur

Hockey et yoga, une bonne combinaison?

  Hockey et Yoga, une bonne combinaison?   MAXIME Physiothérapeute du sport La pratique du yoga gagne en popularité en Amérique du nord depuis le début du siècle. En 2005 au Canada, il y avait plus de 1,4 millions de personnes qui...

lire plus

Le Q-Collar: Une nouveauté en prévention des commotions

Le Q-Collar: une nouveauté en prévention des commotions? MAXIME Physiothérapeute du sport De nos jours, il y a de plus en plus de moyens qui sont déployés pour prévenir les blessures lors de la pratique sportive. Au hockey, plusieurs stratégies ont porté fruit alors...

lire plus

Les pieds: souvent négligés !

Les pieds: souvent négligés ! MAXIME Physiothérapeute du sport La préparation physique des hockeyeurs est primordiale afin de maintenir et développer les qualités physiques nécessaires à l’optimisation des performances. Une partie du corps souvent négligée dans la...

lire plus
Share This
SOUMISSION
ON-LINE QUOTE