Ne croulez plus sous la pression!

Physiothérapeute du sport

Vous est-il déjà arrivé de rater un jeu en partie alors que vous l’aviez déjà exécuté sans difficulté en pratique? Ou de voir votre athlète préféré manquer un geste anodin lorsque l’enjeu est plus grand lors d’un tournoi, des séries finales ou des Jeux olympiques? Ce phénomène de crouler sous la pression se voit parfois lors de situations très stressantes où l’enjeu est significatif. Il semblerait que plus la tâche est importante pour l’athlète, plus la peur d’échouer peut être grande (1). Lors d’une partie, les gardiens de but ont d’énormes responsabilités et la marge d’erreur est mince.

Il appert qu’un élément important de la vision pourrait permettre de maintenir un niveau de performance élevé lors de ces situations.

Comme abordé dans un article précédent, le Quiet Eye (QE) serait un déterminant important de la performance et une durée plus longue de celui-ci serait primordiale pour effectuer l’arrêt.  Lors de situations stressantes, des chercheurs ont démontré que la durée du QE avait tendance à être plus courte, ce qui peut diminuer le rendement (1). Bien que les mécanismes cognitifs sous-jacents soient toujours en investigation, quelques théories expliquent comment ce phénomène pourrait avoir un effet protecteur sur le stress relié à la performance.

Lors d’un match, il se peut que le gardien se concentre sur des facteurs internes et soit ainsi envahi par le stress. À ce moment, on dira que son attention est dirigée vers les stimulus ou les menaces. L’information est donc transmise dans le cerveau via la voie ventrale qui passe par l’amygdale et l’hippocampe, des zones grandement impliquées dans le phénomène de la peur, entre autres (1, 3). Dans ces situations, on observera que le regard des sportifs se fixe à davantage d’endroits, dirigeant ainsi leur attention vers des stimulus inutiles et diminuant la durée du QE (1). Inconsciemment, la prise d’informations du gardien devient déficiente, ce qui le met à risque d’accorder de mauvais buts.

En contrepartie, lorsque le gardien fixe la rondelle ou, plus précisément, l’interface palette-rondelle, il adopte une stratégie pouvant le protéger de la pression. Il s’agit d’une approche orientée vers un but, ce qui permettrait une transmission de l’information empruntant la voie dorsale dans le cerveau, empêchant ainsi l’activation de la voie ventrale et l’intrusion de pensées ou d’émotions inutiles. L’utilisation de cette voie serait associée à moins de points de fixation superflus et une durée plus longue du QE ainsi qu’une meilleure performance dans les sports (1).

Non seulement un QE efficace permettrait d’obtenir de meilleures performances, mais il serait aussi grandement utile dans la gestion de la pression. Un QE prolongé permettra de protéger le gardien de distractions inutiles. Bien que les concepts qui expliquent un tel phénomène soient plutôt complexes, les méthodes d’entraînement pour l’améliorer peuvent être plutôt simples. D’ailleurs, même les techniques pour entraîner le QE pourraient créer un état attentionnel optimal qui conduirait au ¨flow¨, qu’on peut définir comme un état mental optimal vous plaçant dans ¨votre zone¨ vers de hautes performances (2).  

Restez à l’affût du prochain article sur le sujet qui traitera de l’entraînement du QE spécifiquement pour les gardiens de but.

 

Écrit par Maxime Provencher

Physiothérapeute du sport à la Clinique du Peps de L’université Laval

Crédit photo: Steve Roy

 

  1. Vine, S. J., Moore, L. J., & Wilson, M. R. (2014). Quiet eye training: The acquisition, refinement and resilient performance of targeting skills. European Journal of Sport Science, 14(sup1), S235-S242.
  2. Harris, D. J., Vine, S. J., & Wilson, M. R. (2017). Flow and quiet eye: the role of attentional control in flow experience. Cognitive processing, 18(3), 343-347.
  3. Lebeau, J. C., Liu, S., Sáenz-Moncaleano, C., Sanduvete-Chaves, S., Chacón-Moscoso, S., Becker, B. J., & Tenenbaum, G. (2016). Quiet eye and performance in sport: a meta-analysis. Journal of Sport and Exercise Psychology, 38(5), 441-457.

Vous désirer restez à l’affût des nouveaux articles avant même qu'ils soient publiés?
Inscrivez-vous à notre Infolettre.

Du même auteur

Voulez-vous arrêter plus de rondelles?

  Voulez-vous arrêter plus de rondelles?       Maxime Physiothérapeute du sport La ligne est souvent bien mince entre la réussite et l’échec lors d’un putt de 15 pieds au golf, d’un panier de trois points au basketball et...

lire plus

Hockey et yoga, une bonne combinaison?

  Hockey et Yoga, une bonne combinaison?   MAXIME Physiothérapeute du sport La pratique du yoga gagne en popularité en Amérique du nord depuis le début du siècle. En 2005 au Canada, il y avait plus de 1,4 millions de personnes qui...

lire plus

Le Q-Collar: Une nouveauté en prévention des commotions

Le Q-Collar: une nouveauté en prévention des commotions? MAXIME Physiothérapeute du sport De nos jours, il y a de plus en plus de moyens qui sont déployés pour prévenir les blessures lors de la pratique sportive. Au hockey, plusieurs stratégies ont porté fruit alors...

lire plus
Share This
SOUMISSION
ON-LINE QUOTE