Hockey et Yoga, une bonne combinaison?

Physiothérapeute du sport

La pratique du yoga gagne en popularité en Amérique du nord depuis le début du siècle. En 2005 au Canada, il y avait plus de 1,4 millions de personnes qui pratiquaient le yoga et il s’agissait d’une augmentation de 45,4% comparé à 2003(1). Des données plus récentes au États-Unis nous indiquent qu’en 2012 il y avait 20,4 millions d ’américains qui pratiquaient le yoga soit une augmentation de 29% depuis 2008(2). Cet engouement grandissant se fait sentir même chez les sportifs. D’ailleurs, on voit plus fréquemment ce type d’entraînement incorporé dans la préparation physique et mentale des hockeyeurs. Est-ce que la pratique du yoga est aussi bénéfique qu’on le prétend pour les hockeyeurs?

Bienfaits Physiques
Il appert que la pratique du yoga ait des bénéfices au niveau de la forme physique chez une population en santé. De façon générale, on note des améliorations au niveau de la force au soulevé de terre, de la mobilité de la région lombaire, du cou, des hanches, des épaules et des genoux (8,12) ainsi qu’au niveau de l’équilibre(17). Il semblerait que l’augmentation de la force au niveau des avant-bras soit fréquente et surtout dépendante des différentes poses adoptées. Une plus grande proportion de poses en mises en charge sur les mains entrainerait une augmentation de la force de préhension (5,6,12). De plus, une revue de littérature publiée en 2013 par Abel &al. observe une amélioration de la fonction respiratoire global suite à la pratique du yoga chez une population en santé(3, 11).

Pour les hockeyeurs
Habituellement, les hockeyeurs sont en meilleur condition physique que la population en générale et c’est pourquoi il faut être prudent dans l’interprétation des résultats ci-hauts. Les gains en force risquent d’être moins grand que ce qui a été observé et l’impact sur la musculature risque de se voir davantage au niveau des fibres de type 1(3). Ces fibres à contraction lente sont utilisées de façon prédominante lors des efforts d’endurances. D’ailleurs, les performances du hockeyeur seront beaucoup plus dépendantes du travail des fibres musculaires à action rapide, qui seront entraîné de façon spécifique en vue d’optimiser les performances.

La majorité des hockeyeurs risque de profiter davantage du gain en équilibre et en souplesse que du gain en force. Pour ce qui est des adaptations du système respiratoire, la place à l’amélioration est moins grande que chez la population en général. D’ailleurs, il semblerait que les améliorations sont plus grandes chez les sujets ayant une moins bonne condition physique au préalable et qu’elles soient dépendantes de la fréquence et la durée des séances (11). Comme les exercices respiratoires pratiqués sont de nature différente que le contenu des programmes d’exercices conventionnels, on peut se permettre de penser qu’il est possible d’entraîner des changements positifs chez les hockeyeurs. Cependant, il faut être conscient que ces améliorations risquent d’être très modestes si elles sont présentes.

Bienfaits Psychologiques
Le mot yoga signifie «union». La pratique de cette activité a pour but d’unir les sphères physique, psychologique et spirituelle. C’est pourquoi l’étendu des bienfaits de sa pratique ira au dela de la santé physique (3,14).En effet, les bienfaits psychologiques d’une telle pratique aideraient à diminuer l’anxiété, la dépression, le stress, l’insomnie et améliorerait l’humeur(8,14). L’augmentation de la sécrétion de mélatonine, la diminution de la production de cortisol et l’activation du système parasympathique pourraient être des mécanismes expliquant ces bienfaits (3, 15). L’état d’esprit lors de la pratique ainsi que le focus sur la respiration favorisent cette sensation de bien-être. Le simple ajout d’une séance dans les périodes de grand stress peut aider à faire face aux périodes plus difficiles.

Risque de blessure
Il faut être conscient que le yoga n’est pas sans risque. Pour que le tout reste sécuritaire, il est suggéré de prendre les différentes poses de façon progressive et de façon relativement confortable. Sans toutefois être éliminé, le risque de blessure est très faible lorsque les séances sont supervisées par des entraîneurs certifiés (3). L’adoption de mauvaise posture ou de position au delà des capacités de l’individu augmente le risque de se blesser. Il semblerait que le genou serait une articulation à risque surtout en présence de faiblesse ou de manque de mobilité à la hanche(18). Les individus avec des conditions particulières ou des blessures préexistantes devraient être prudents et adapter les séances en fonctions de leurs limitations.

À quelle fréquence?
Quelle devrait être la fréquence des séances de yoga? Il est difficile de déterminer la durée, la fréquence, l’intensité et le style de yoga à privilégier puisqu’il y a plusieurs facteurs à considérer. La période de l’année, les particularités individuelles, les ressources disponibles et l’emploi du temps en sont quelques exemples. La période estivale peut être un bon moment pour augmenter le nombre de séances en phase de préparation physique générale. D’ailleurs, lorsqu’incorporé à la préparation physique de patineurs de vitesse en dehors des périodes de compétition, la pratique du yoga semble être bénéfique. En effet, l’amélioration de la posture a été observée en plus d’une augmentation de la charge globale de l’entraînement sans augmenter le risque de blessure (16). Il peut donc être intéressant de faire une à trois séances de yoga par semaine lors de la saison morte.

À l’approche des camps ou des compétitions importantes, la préparation physique sera davantage axée sur des entraînements spécifiques au sport. Cependant, à la venue de ces moments plus stressants la pratique du yoga pourrait être bénéfique au niveau psychologique. C’est pourquoi il peut être intéressant de faire une courte routine quotidienne et/ou deux à quatre séances de yoga par mois dans ces périodes.

Conclusion
Au final, sans être un entraînement spécifique au sport le yoga peut être une activité insérée dans la préparation physique et mentale du hockeyeur. C’est au niveau de la souplesse, de l’équilibre et de la posture que risquent de survenir le plus de bénéfices physiques. Un faible volume de ce type d’entraînement n’amènera pas les bénéfices physiques prétendus. D’ailleurs, ces effets positifs ne sont pas exclusifs à la pratique du yoga et pourrait être atteints avec des formes alternatives d’entraînement. Par contre, ne serait-ce que pour prendre le temps de s’arrêter et diversifier le bagage souvent trop spécialisé du hockeyeur, le yoga peut devenir un bon complément à l’entraînement.

Écrit par Maxime Provencher

Physiothérapeute à la clinique due Peps de l’Université Laval

Formation de Yogathérapie médicale donnée par Diana Perez et Lucie Vachon

Crédit photo lancuks

Inspirations Yoga:

Aneta – Instagram

Carmen Anna Hanggi – Instagram

Kristina Erikson – Instagram

Lana Ozturka – Instagram

Voici quelques endroits selon votre région ou vous pouvez pratiquer le yoga:

Alma:

Namasté Studio de yoga  Site web

Chicoutimi:

Infinity Yoga

Région de Québec:

Namaste Yoga Limoilou  Site web

ÔmYoga Site web

Lévis:

Namaste Yoga Lévis/ St-Nicolas  Site web

Magog:

Sup Yoga Estrie

Oakville Ontario:

Vibe Yoga Studio – Instagram

Prévost:

Alexandra Yoga  Site web

Région de Montréal:

Studio Yoga Nat  Site web

Rimouski:

SKY – Sup – Kite – Yoga  Site web – Instagram

Sherbrooke:

Olab Yoga  Site web

Studio Enjoyoga  Site web

Studio Boomerang site web

Terrebonne:

Studio Bhuta Yoga  Site web

Trois-Rivières:

Solia Yoga  Site web

Yoga3    Site web

Val d’or:

Jala Yoga

France:

Yoga Sésâme  Site web

Références :
1.NAMASTA North American Studio Alliance. Canadian statistics.Retrieved March 19, 2014, from http://www.namasta.com/pressresources.php#9
2. NAMASTA North American Studio Alliance. US yoga statistics. Retrieved March 19, 2014, from http://www.namasta.com/pressresources.php#9
3. Ramajayam Govindaraj & al. Yoga and physical exercise – a review and comparison International Review Of Psychiatry Vol. 28 , Iss. 3,2016
4. Raju, PS, & al. Effect of yoga on exercise tolerance in normal healthy volunteers. Indian J Physiol Pharmacol 30: 121–132, 1986.
5. Dash, M. & Telles, S. Improvement in hand grip strength in normal volunteers and rheumatoid arthritis patients following yoga training. Indian J Physiol Pharmacol 45: 355–360, 2001.
6. Mandanmohan & al. Effect of yoga training on handgrip, respiratory pressures and pulmonary
function. Indian J Physiol Pharmacol 47: 387–392, 2003.
7. Tran, MD. & al. Effects of Hatha yoga practice on the health-related aspects of physical fitness. Prev Cardiol 4: 165–170, 2001.
8. Ray, US. & al. Effect of yogic exercises on physical and mental health of young fellowship
course trainees. Indian J Physiol Pharmacol 45: 37–53, 2001.
9. Tekur, P. & al. Effect of short-term intensive yoga program on pain, functional disability and spinal flexibility in chronic low back pain: A randomised control study. J Altern Complement Med 14: 637–644, 2008.
10. Ray, US. & al. Aerobic capacity and perceived exertion after practice of Hatha yogic exercises. Indian J Med Res 114: 215–221, 2001.
11. Allison N. & al. The Effects of Regular Yoga Practice on Pulmonary Function in Healthy Individuals: A Literature Review J Altern Complement Med. 2013 Mar;19(3):185-90.
12. Tracy B.L. & Hart C. E. Bikram yoga training and physical fitness in healthy young adults. J Strength Cond Res. 2013 Mar;27(3):822-30
13. Jeter, P.E. & al. A Systematic Review of Yoga for Balance in a Healthy Population. J Altern Complement Med. 2014 Apr 1; 20(4): 221–232
14. Hadi, N. & Hadi, N. Effects of hatha yoga on well-being in healthy adults in shiraz, Islamic republic of Iran. East Mediterr Health J. 2007 Jul-Aug;13(4):829-37
15. Harinath, K. & al. Effects of Hatha Yoga and Omkar Meditation onCardiorespiratory Performance, Psychologic Profile, and Melatonin Secretion J Altern Complement Med. 2004 Apr;10(2):261-8
16. Brunelle, J.F. & al. Influences of a yoga intervention on the postural skills of the Italian short track speed skating team Open Access J Sports Med. 2015 Feb 12;6:23-35
17. Subramaniam, S. & Bhatt, T. Effect of Yoga practice on reducing cognitive-motor interference for improving dynamic balance control in healthy adults. Complementary therapies in Medicine. Feb. 2017, Vol. 30, p 30-35
18. Russell, K. & al. Epidemiology of yoga-related injuries in Canada from 1991 to 2010: a case series study, International Journal of Injury Control and Safety Promotion,2016. 23:3, 284-290

Vous désirer restez à l’affût des nouveaux articles avant même qu'ils soient publiés?
Inscrivez-vous à notre Infolettre.

Du même auteur

Voulez-vous arrêter plus de rondelles?

  Voulez-vous arrêter plus de rondelles?       Maxime Physiothérapeute du sport La ligne est souvent bien mince entre la réussite et l’échec lors d’un putt de 15 pieds au golf, d’un panier de trois points au basketball et...

lire plus

Le Q-Collar: Une nouveauté en prévention des commotions

Le Q-Collar: une nouveauté en prévention des commotions? MAXIME Physiothérapeute du sport De nos jours, il y a de plus en plus de moyens qui sont déployés pour prévenir les blessures lors de la pratique sportive. Au hockey, plusieurs stratégies ont porté fruit alors...

lire plus

Les pieds: souvent négligés !

Les pieds: souvent négligés ! MAXIME Physiothérapeute du sport La préparation physique des hockeyeurs est primordiale afin de maintenir et développer les qualités physiques nécessaires à l’optimisation des performances. Une partie du corps souvent négligée dans la...

lire plus
Share This
SOUMISSION
ON-LINE QUOTE